Prévost le constructeur d’autobus (partie 9)

Mario Lacroix Auteur : Mario Lacroix 30 Jan 2022

ÉPOQUE DE SYNDICALISATION

Les mouvements de maraudage débutent. A l’époque même le clergé est impliqué dans le débat et est favorable a la cause syndicale.

Après plusieurs rencontres et discussions une grève éclate et l accès a l’usine est bloqué. Cela aura un effet néfaste sur Eugene qui lui-même a toujours été celui qui a laisser libre accès a qui veut d accéder a son usine et le voila bloqué lui-même. Après quelques jours de conflit, le 28 octobre 1951, peu après le repas du soir il sera victime d’un AVC. Il a 52 ans. Le voila donc au repos forcer. Tous ont peur que cela l’emporte. Pendant ce temps le conflit piétine. Eugene prend du mieux et plus vite que prévu. Absent des discussions depuis le début il décide de s’impliquer et ce par écrit aux employés dans une lettre de 10 pages. Malheureusement cette tentative ne changera pas le mouvement et la syndicalisation sera entérinée le 15 juillet 1952.

CREATIVITE REFAIT SURFACE

Pendant que l industrie de l autobus connait une baisse marquée et que les gens ont de plus en plus accès a l’automobile, Wilfrid Grenier un cartomancien a l’emploi du gouvernement Canadien se présente chez Prevost. Il a inventer une machine sur neige mais le tout ne fonctionne pas bien. Il est pressé par le gouvernement de terminer son travail dans le grand nord. Lui et Eugene mettront a profit leur talent et développeront un véhicule sur neige nommé CARIBOU avec les critères suivants, flotter sur la neige et transportable par avion et capable de tiré 500 livres. Il sera tester une fois construit dans le parc des Laurentides dans des conditions difficiles afin d’améliorer ses faiblesses. Finalement 15 seront construits. Un autre rêve le chicotte encore une fois celui de construire et produire une voiture. Cette fois il réussira a créer une petite voiture 4 places avec le toit en fibre de verre, un moteur 2CV, traction avant très avant-gardiste avec motorisation européenne Dyna Panhard et d’ ailleurs il s’inspirera de son nom pour nommée sa voiture la DYNA-PRÉVOST. Les test routiers sont bien, tant qu’il entrevoit de trouver des investisseurs et construire une usine pour lancer la production. Mais en 1954 les ventes d’autobus baisses et il doit mettre son projet en veilleuse. Le prototype Dyna-Prévost et les 2 Dyna-Panhard ont été acquises par les fils de JOS Morin de Ste Claire.

Résumé Mario Lacroix

source livre le constructeur d'autobus par René Prévost

Galerie photo


ÉTIQUETTES :
prototype projets